Avec les communautés de communes, ça bouge déjà.


Savigné/Homme, une association déclarée.

La gestion de l’eau potable va-t-elle être confiée à une société privée à Savigné-sur-Lathan et Hommes ?

Afin de peser dans le débat public, ils ont monté une association : Eau Savigne-sur-Lathan – Hommes « pour défendre notre syndicat intercommunal d'adduction d'eau potable SAVIGNE HOMMES et le maintien de la gestion et distribution de l'eau potable en régie publique directe sur nos 2 communes. » nous explique le président, Emmanuel Bouchenard. DC1709

http://www.info-tours.fr/articles/indre-et-loire/2017/09/05/6889/a-savigne-sur-lathan-une-association-contre-la-privatisation-de-l-eau/

L’association organise une réunion publique le 22 septembre 2017 à 19h00 à la salle des fêtes de Savigné-sur-Lathan.

Dans le lochois, des élus s'interrogent.

"Lors du dernier Conseil Communautaire de Loches Sud Touraine il a été présenté trois rapport sur l'eau. Il a été possible d'établir des comparaisons et se poser bien des questions sur le devenir de cette gestion de l'eau . http://www.lanouvellerepublique.fr/…/Eau-potable-gerer-la-p…
J'ai ajouté mon grain de sel car je trouve que ces différences tant tarifaires que en résultats qualité sont pour le moins anormaux... le débat ne fait que commencer". Francis LERE, adjoint à Mouzay

Une réunion publique est prévue fin octobre. DC1709




Seule étude exhaustive et documentée sur la gestion de l'eau potable en Indre et Loire.

Le département d'Indre et Loire possédait, au 31 décembre 2017, 112 services d'eau potable. Y'a pas photo! les services privatisés (VEOLIA principalement) sont plus chers que les tarifs des régies et syndicats.

Les aides pour les investissements de l'Agence de l'Eau Loire-Bretagne sont moins sollicitées en Indre et Loire que dans d'autres départements.

 

Consultez et téléchargez cette étude réalisée par Daniel Chany, vice-président de Eau-Joué-Touraine.........

 

DC0717


L'eau en Touraine

Quelques chiffres pour la Touraine.

 

Dans le département, l’eau potable est gérée par 114 collectivités distributrices et un syndicat de production.
588 000 habitants sont desservis par le service public d’eau potable. La consommation annuelle est de 36 millions de mètres cube dont 22% pour la Ville de Tours. Concernant les infrastructures d'alimentation en eau potable, on dénombre 167 installations de traitement, 305 ouvrages de stockage, 10 700 km de réseau et 139
interconnections.


Concernant les ressources, 96% des prélèvements proviennent de ressources souterraines (Cénomanien,
Turonien et alluvions (Loire et Cher)). En 2006, le poids du Cénomanien à l’échelle du département représente  43% des volumes prélevés (il était de 40% en 1993).


Les problèmes de qualité de l’eau prélevée proviennent soit de la nature de la ressource (teneur en fer ou en
manganèse, turbidité,…), soit des activités anthropiques (pollutions diffuses : nitrates, pesticides). De nombreux captages en fonctionnement nécessitent des travaux pour améliorer la qualité de l’eau.
L’étude s’est également attachée à définir et analyser la sécurité d’approvisionnement en examinant les conséquences d’une interruption ponctuelle et accidentelle de la ressource principale. L’étude met  notamment en évidence la vulnérabilité des ressources de bords de Loire.


Pour les besoins en eau futurs, l’étude se base sur une consommation unitaire (par habitant) stable ou en
baisse (notion de consommation raisonnée de plus en plus présente dans les esprits) ce qui se traduit par une augmentation modérée des besoins à l’horizon 2020 liée à la démographie : 46-49 millions m3 (les prélèvements sont de 43 millions de m3 actuellement). Une diminution d’environ 3 millions de m3 des prélèvements dans la nappe du Cénomanien dans une zone géographique comprenant l’agglomération tourangelle, la vallée du Cher jusqu’à Amboise est nécessaire pour répondre aux objectifs de la directive cadre sur l’eau si l’on considère les conclusions de l’étude de modélisation de la nappe du cénomanien.


Des solutions visant à répondre aux objectifs fixés dans le cadre de l’étude sont définies par secteurs géographiques. Six grandes régions ont été identifiées :


région de l’agglomération tourangelle,
région des vallées de l’Indre, du Cher et de la Cisse
région de la Glaise, Amboise et Blérois,
région du sud-est touraine,
région des vallées du changeon et de l’escotais,
région du chinonais


Une évaluation économique des scénarios a été développée dans l'étude confiée aux cabinets spécialisés.

 

(Le texte ci-dessous provient d'une délibération du CG d'Indre et Loire du 18 juin 2009)

DC157