Terreur dans la ville

    Une nouvelle terrifiante nous est parvenue grâce au bulletin municipal de Joué -lès-Tours :

 

la ville est prise en otage par une poignée de Jocondiens

 

    Nous attendons  fiévreusement que les chevaliers blancs en grande armure étincelante, heaumes emplumés montés sur de fiers destriers aux couleurs de véolia, boutent ces odieux personnages hors du territoire. Qu’ils en prennent au moins un en otage, de tout temps l'échange d'otage fut florissant…

 

 

Trêve de plaisanterie : faute de répondre à des questions simples, formulées courtoisement, la majorité municipale ne trouve de réponse que par l’insulte, la diffamation et le mensonge par omission.

 

Dans cette « tribune libre » de Joué ma ville de Mai 2016 que vous pouvez lire en pièce jointe ci-dessous, cette majorité oublie :

 

-  de dire qui a signé le contrat léonin qui a dessaisit la ville de la gestion de son eau au profit de véolia : le conseil municipal dirigé par Mr Lory en 1990 et ses avenants de 1992 et 1994

 

-  de signaler que de 1990 à 1994 le prix de l'eau a, grâce à cette signature, augmenté de 112 %, n'évoquant que  l'augmentation du prix de l'eau entre 1995 et 2014 : 49 %

 

       Or l’évolution du coût de la vie effectuée par L’INSEE permet de voir qui a le plus mal géré le prix de l’eau :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      

1990/1995 : indice INSEE : +8.10pts   d'augmentation du coût de la vie     prix de l'eau : +112 % (en 4 ans)

 

1995/2014 : indice INSEE : +24,74pts  d'augmentation du coût de la vie    prix de l'eau : +49 % (en 19 ans)

 

Au point que même la Cours des Comptes s’en est émue dans son rapport de 1994 !!

 

- que dénoncer ce contrat avant terme  aurait impliqué un dédit pharaonique dû à véolia, ce qu'’elle sait pertinemment si elle a lu le contrat.

( Peut-être est-ce ce qui est souhaité par la majorité municipale si Mr Philippe Briand veut passer l'eau en régie quand Tours+ deviendra métropole ?)

 

Restons sérieux, nous attendons toujours les réponses à nos questions.